GROUPAGE AÉRIEN ET MARITIME


Groupage aérien et maritime 

Que ce soit en maritime ou en aérien, et même en routier, le principe du groupage, c’est que, l’entreprise n’ayant pas assez de marchandises pour remplir toute seule un camion, un conteneur ou, évidemment, un avion, la marchandise va voyager avec d’autres marchandises.
Bien sûr, avant, cela pouvait être le cas, en maritime par exemple. Même si l’on remplissait un conteneur, celui-ci rejoignait d’autres conteneurs sur le bateau. Mais au moins l’entreprise était seule dans son conteneur. En groupage, elle n’est plus seule, sa marchandise est accompagnée d’autres marchandises en provenance d’autres sociétés, à destination d’autres clients.

Le principe du groupage est simple : plusieurs expéditeurs vers plusieurs destinataires.

  • La préparation des produits

En matière d’emballage, l’intérêt de l’importateur rejoint celui de l’exportateur. Il faut que la marchandise arrive en bon état. Quel que soit le mode de transport, routier, aérien ou maritime, le groupage nécessite que la marchandise soit bien emballée. La raison en est très simple : les colis vont être manipulés souvent manuellement, dans des conditions pas toujours « tendres ».
Il faut donc que les produits soient bien conditionnés et bien calés dans des emballages solides pouvant supporter un gerbage.

  • Les documents

Passons maintenant aux documents. En international, comme en national et en intra-communautaire, il n’y a pas besoin de la facture.

La facture ne me sera utile que quand il faudra dédouaner la marchandise à l’arrivée. Il est alors possible de la joindre aux documents d’accompagnement avec le document de transport.

 

  • Le chargement et/ou le déchargement

Le problème de chargement et/ou de déchargement ne se pose pas plus en groupage qu’en direct. Le groupage est une opération intermédiaire qui permet d’effectuer le transport intercontinental. La question du chargement et/ou déchargement sera résolue par l’usage de la règle des incoterms.

  • La facturation

On retrouve en aérien les mêmes critères qu’en maritime. La facturation doit reprendre les éléments donnés dans les réponses à l’appel d’offres.

Check-list des points essentiels

 

– Bien définir la règle des Incoterms à appliquer

– Bien déterminer le lieu d’application de la règle des Incoterms

– Prendre soin du traitement des éléments

– Bien faire caler les produits dans les emballages par son fournisseur ou son commissionnaire

News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *